Menu

Se demander pourquoi on fait ce qu'on fait, la clé pour convaincre

Se demander pourquoi on fait ce qu'on fait, la clé pour convaincre

 

Disclaimer : n’écoutez rien ni personne sur l’oral sans remettre en cause ni réfléchir par vous-même, même pas nous. En tant qu’ anciens Sciences Po et professionnels des entretiens, on a deux ou trois trucs dans notre sac, mais on n’a pas de vérité révélée, à vous d’utiliser votre tête. Vérifiez nos conseils par votre expérience, si vous n’avez pas l’expérience, par votre intuition, et si l’intuition vous manque, par votre logique. (si vous n’avez pas non plus de logique...ça devient compliqué pour l’oral.)

Disclaimer 2 : on va prendre l'exemple de Sciences Po (qu'on reprendra tout au long dans un souci de cohérence), mais ce qu'on dit là est parfaitement applicable à n'importe quel cursus ou école que vous visez. 

 

Candidat 1 (appelons-le Maurice) : “je veux intégrer la fonction publique hospitalière car je veux servir l’intérêt général.”

Candidat 2 (appelons-le Marcel) : “j’ai toujours senti au fond de moi un besoin d’aider les autres. Ce besoin a pris plusieurs formes, à travers le bénévolat pendant mon lycée par exemple, mais c’est lors d’un séjour à l’hôpital que je me suis rendu compte de ce que le mot “solidarité” voulait dire : un système gratuit, au service de tous, tenu par des personnes qui ne comptaient pas leurs heures parce qu’elles croyaient à ce qu’elles faisaient. Ça m’a vraiment marqué, et j’ai eu à partir de cette époque l’envie d’intégrer ce monde-là, de faire en sorte que mes capacités intellectuelles et humaines soient à son service. Et c’est dans cette optique que je veux intégrer Sciences Po, qui m’amènera à la porte des concours administratifs de la fonction publique hospitalière.”

 

A votre avis, le quel des deux va se mettre le jury dans la poche ?

Be like Marcel. Always say why you do what you do.

 

Il n’y a pas de recettes miracle pour réussir son oral d’admission à Sciences Po. Mais presque. Presque, parce que certaines choses sont diablement efficaces.

Préparer l’oral de Sciences Po, ça passe par plein d’étapes : bien organiser ses arguments, s’informer sur le cursus et ses débouchés, dégager un début de projet professionnel (ou du moins des idées vers lesquelles on aimerait aller), mais aussi, faire une belle présentation, prévoir les questions qui piquent, travailler l’actualité, et on en passe. Mais il y a une première étape - condition nécessaire mais pas suffisante - par laquelle il faut à notre sens passer : le pourquoi on présente l’école.

 

Pourquoi trouver son “pourquoi” est si important

Parce que c'est la meilleure manière d'embarquer quelqu'un dans son argumentaire. Ne lui dites pas quoi, ne lui dites pas comment, ni même quand et avec qui. C’est secondaire au sens premier du terme : ça vient après. Pourquoi vous faites ce que vous faites ? Voilà la question importante si vous voulez convaincre.

 

Apple, à qui on peut reprocher beaucoup de choses, dont le fait de ne pas payer d’impôts et de faire de moins bons téléphones que Samsung, ne sont que la moitié d’idiots quand il s’agit de communiquer. Vous avez vu comment ils vous convainquent ? Ils ne disent pas : “on a fait le meilleur téléphone, regardez, il fait ci et ça”. Ils disent : “nous, on croit au fait de challenger le status quo. Nous on croit au fait de faire différemment. La manière dont on fait différemment, c'est qu'on fait des téléphones qui X et Y”. C'est ce que démontre brillamment Simon Sinek dans son TED : “people don’t buy what you do, they buy why you do it.”

 

L’entretien, pour différent qu’il est d’une pub Apple, obéit à la même règle. Si vous voulez convaincre le jury, commencez par lui expliquer pourquoi vous êtes devant lui. Vous leur parlerez de vos capacités d’adaptation à l’international après. Qu’est-ce qui vous amène à Sciences Po ? Pourquoi là et pas ailleurs ? Qu’est-ce qui vous motive ? Qu’est-ce qui vous anime ?

 

Parenthèse étymologie. Dans "entretien de motivation", il y a “motivation”...motivation...motif...ce qu’il faut faire est dans l’intitulé de l’article, nom de nom ! Entretien de motivation, on pourrait traduire par “entretien de pourquoi”. (N.B. : quand on vous apprend à analyser les termes du sujets, lors d’une dissert, c’est pour apprendre à faire ça : avoir le réflexe de lire les mots:)

 

Fermons la parenthèse, et résumons : le jury a besoin de savoir pourquoi vous êtes là. Avant tout. Le reste après.

 

Quelles motivations mettre en avant ?

Il n’y a pas de motivations qui soient meilleures que d’autres. Mais il y en a qui sont plus profondes, plus personnelles, et donc plus authentiques que d’autres.

Exemple de motivation qui reste à la surface :

 

Une motivation solide est une motivation qui va au delà de la raison apparente. 

Si on vous pose la question, vous direz sans doute : “je veux Sciences Po parce que c’est une bonne école”. La question c'est : pourquoi voulez-vous une bonne école ? Réponse : “Pour pouvoir devenir ou faire X ou Y”. D’accord. Pourquoi vous voulez faire X ou Y ? “Parce que je veux changer le monde”. Voilà qui est déjà plus intéressant, non ? Alors on force le trait, ne commencez pas, tous, à leur dire que vous voulez changer le monde (encore que), mais l’idée est là : allez plus profond que vos motivations en surface.

 

Insider’s secret : quand vous nous donnez du “je souhaite intégrer Sciences Po car il s’agit d’une formation pluridisciplinaire d’excellence résolument tourné vers l’international”, pour nous, c’est de la fondue savoyarde. Evidemment, on comprend quand même, mais ça ne nous donne pas un gramme de connaissance sur vous, qui vous êtes vraiment, ce qui vous anime. Commencez donc par gratter au delà de “formation pluridisciplinaire d’excellence”, par aller chercher en vous.

 

Conclusion : construisez vos arguments à partir de vos motivations profondes. Essayez, autant que c'est possible avec notre intellect, nos envies, notre égo qui nous en empêchent parfois, d'aller à ce qui vous anime vraiment (c'est un vrai travail, être honnête avec soi-même). 

 

Comment trouver ses motivations ?

Très bien, mais comment on fait ? On vous renvoie gentiment vers le chapitre 2 de notre cours en ligne sur l'entretien d'admission (qui est en accès libre, youpi) pour creuser en vous avec méthodologie, mais en résumé :

 

Comment donc trouver son pourquoi ?

  • Intellectuellement

Prenez un crayon et un papier, et creusez (conseil : pas l’ordi. L’ordi est utile à d’autres choses, pour réfléchir, papier-crayon). Il s’agit de se poser - en toute honnêteté, et ce n’est pas facile - la question du pourquoi on y va, intellectuellement.

Pourquoi vous voulez Sciences Po ?

Parce que vous voulez un métier qui exige de passer par là, comme diplomate ?

Parce que vous avez un attrait intellectuel pour ce qu’on y apprend ?

Parce que vous êtes quelqu’un d’engagé, et que la richesse associative de l’école vous fait envie ?

Parce que l’ambiance Sciences Po, d’ouverture et d’esprit critique, et tuttifrutti ?(veillez à définir ce que vous appelez l’ouverture, l’esprit Sciences Po, tout ça, parce que attention, fondue savoyarde).

 

Complémentaire : essayez de défricher, dans la même lignée, les raisons un peu plus casse-gueules : mes parents seraient fiers de moi, on gagne bien à la sortie, je ne sais tellement pas quoi faire mais je veux un truc bien généraliste, bien prestigieux si possible (coucou, on est passés par là). On ne dit pas qu’il ne faut pas avoir ces raisons-là, qui sont parfaitement valides, on dit qu’il faut être conscient du fait qu’on les a. Parce que le jury, lui, les sentira.

NB : attention, ça ne se fait pas en trois coups de cuiller à pot. Ça prend du temps, cet exercice. Mais on nous en dit le plus grand bien.

 

  • Par l’expérience

Deuxième manière d’appréhender son pourquoi, c'est l’expérience.

Deux questions à se poser (avec papier crayon, toujours)

  1. Dans quoi vous mettez votre temps ? Dans quoi vous mettez votre argent ? (ça en dit long) Si votre réponse c’est : je vais faire du cheval et je vais jouer à PUBG dès que je peux, question de notre part : est-ce que vous ne seriez pas mieux à faire vétérinaire ou gamer ?

  2. Question que j’emprunte à Mark Manson, chantre du “personnal development that doesn’t suck” : qu’est-ce qui vous fait oublier de manger et d’aller faire numéro 2 ? Si vous êtes capables de lire la presse, ou écouter un prof parler sur un sujet Sciences Po, et trouver ça si intéressant que vous en oubliez de manger, vous êtes sur la bonne voie :)

 

  • Par projection

Questionnement qu’on emprunte au génial Alan Watts : “what would you do if money were no object ?” L’argent n’est plus un problème dans votre vie : que faites-vous de votre temps ? Si votre réponse va vers “je vais à Sciences Po parce que les cours y sont passionnants, et ça m’ouvre les portes de ce que je veux faire”, bingo.

 

  • Par les valeurs

Petite vérité de la vie qu’on a découvert avec le temps : les gens n’agissent pas en fonction de leurs envies, mais en fonction de leurs valeurs, de leur croyances profondes. Connaître ses valeurs, i.e. les choses qui sont les plus importantes pour vous, est un outil d’une puissance incroyable pour mettre ses idées (et donc ses arguments face à un jury) en ordre de marche. Mais c’est un exercice qui demande du temps, on verra ça une autre fois.

 

Comment mettre ses motivations en forme ? Quel “pourquoi” présenter au jury ?

D’après nous en tout cas, il n’est pas idiot de fonder en partie en tout cas votre argumentaire sur la base de votre pourquoi. Pourquoi ? Parce que ça donne des formes, des couleurs, de la substance à vos arguments. “Quand j’ai vu la moustache d’Edwy Plénel, j’ai su que je voulais devenir journaliste” est plus puissant que “je veux devenir journaliste”.

Et on vous renvoie vers les arguments de nos amis Marcel et Maurice en intro.

Bonus 1 : aller chercher votre pourquoi au fond de vous vous obligera à parler de vous, à rendre vos arguments personnels (chose que vous négligez souvent). On ajoutera, avec notre expérience de jury, et malgré notre attachement à la laïcité : mais parlez-nous de vous, bon sang de Dieu ! Ne nous faites pas un discours généraliste sur l'école, c'est vous qu'on veut voir !

Bonus 2 : ça vous donnera de l’authenticité (ingrédient clé s’il en est), et surtout, ça n’est pas discutable. Personne ne peut vous dire que votre intérêt viscéral pour les droits de l’Homme n’est pas acceptable ou pas justifié : il est ce qu’il est, point.

 

Maintenant comprenez-nous bien : il ne s’agit pas de raconter, tous autant que vous êtes, votre petite histoire sur le comment votre hamster est mort et que c’est à cause de ça que vous voulez vous mettre au service du bien public. Ça veut dire qu’il est bon d’étoffer vos motivations, vos pourquois, dans votre argumentaire, leur donner un écho dans votre vie personnelle, les ancrer dans du réel, soit par des expériences, soit par des envies profondes, et ne pas rester à des motivations de surface que le premier coup de vent du jury fera s’envoler. Et à notre sens, étoffer son pourquoi se fait encore le mieux...en allant chercher son pourquoi.

 

“Salut, je suis madame l’introspection, je vais passer quelques temps avec vous.” :)

 

Si vous avez des questions, c'est dans les comments, on se fera un plaisir de répondre !

 

Inscris-toi pour accéder à ce contenu !

OK!

Il faut s’inscrire au cours en ligne pour pouvoir s’inscrire au coaching.
Tu vois la base de ton côté, à ton rythme, tu commences à travailler, et on consacre notre temps ensemble à approfondir et à évoquer les problématiques qui te sont spécifiques. Gain de temps pour nous, gain d’argent pour toi.

Oll Korrect

La mise en commun des fichages, que ce soit pour les enjeux fichés ou les livres fichés, est réservée aux coachés du repaire ! Inscris-toi au cours en ligne de l'école & la procédure qui te convient pour y participer !

Oll Korrect