Menu

Le modèle économique du repaire (parlons argent)

Comment on se finance ? (et pourquoi on n'est pas 100% gratuits) ?

Parlons un peu de notre modèle économique, et faisons un peu d’esprit critique dans la foulée (bonjour la déformation professionnelle).  

 

Deux modèles possibles

Sur internet,  il y a une bonne dizaine de manières de financer une entreprise. Pour un site de notre espèce, qui produit de la matière grise, il y en a 2, schématiquement : 

1) Se financer par des contenus payants (par exemple, nos cours en ligne)

2) Se financer par la pub

 

Mais, objecterez-vous en ouvrant une parenthèse non dénuée de fondement, on peut aussi faire ça pour la bonne cause. Si vous voulez, et c’est ce qu’on fait avec plaisir avec un site comme Peur, mon amie par exemple, qui aide les plus anxieux d’entre vous, et on espère ne jamais gagner un radis avec ce site. Mais, objecterons-nous en retour, en paraphrasant Lacan qui disait que le réel c’est quand on se cogne, le réel, c’est quand on doit payer son loyer. Il nous faut donc gagner des sous, au moins un peu.

 

Revenons à notre alternative : 

  • Soit on vend notre propre produit
  • Soit fait de la pub, et on vend les produits des autres (la pub, ça n’est que toucher une commission sur le produit qu’un autre vous vend, et c’est gratuit comme nous on est coureurs cyclistes).

 

Notre choix

Commençons par dire qu’aucun de ces deux modèles de financement n’est meilleur que l’autre. Ce sont juste deux manières de concevoir les choses.

Pour notre part, on a choisi le premier modèle sans hésiter, pour plusieurs raisons dont chaque est suffisante seule :

 

1) On a la main sur la qualité de ce qu’on vous vend

Quand on choisit de se financer par la pub, on accepte l’idée de toucher une commission sur un produit vendu par un tiers. Et si ce produit est une sauce tomate bourrée de pesticides ou une paire de chaussures fabriquée par des petites mains au Bangladesh...on encaisse notre chèque (que vous ne voyez pas) et on n’a pas notre mot à dire. Très peu pour nous.

Quand on vous vend notre cours en ligne, on peut s’assurer qu’il est bon, qu’il est utile, qu’il vous aide, et que vous en avez pour votre argent. 

 

2) On est indépendant de la quantité

Financer un site par la pub n’est possible que si vous avez beaucoup de trafic sur votre site (ou alors vous gagnez 27€ par mois). Ce qui n’est pas problématique en soi, mais incitent davantage à écrire des articles à clic facile. 

Exemple. On a passé l’été au repaire à fabriquer cet outil de culture G qu’on vous incite à utiliser. Avec notre modèle qui n’a pas besoin de gros volume de trafic pour survivre, on peut se permettre de faire ce genre de travail de fond, en s’en foutant si ça va marcher ou pas. On fait ce qu’on croit être bon pour vous, point. Avec un modèle par pub, on n’aurait pas ce luxe, et à la place on vous pondrait un article de 800 mots sur “Comment améliorer sa culture G facilement en une semaine”. Screw that. 

 

3) Le modèle gratuit financé par la pub n’est pas gratuit (et pas honnête). 

“If it’s free, then you’re the product”. Cet adage du milieu de la pub depuis les années 70 résume le mieux l'idée. 

Réfléchissons deux secondes. En France, les entreprises ont déboursé 4,9 milliards d’euros pour la pub sur internet en 2018. Un enfant de 5 ans comprendrait que les entreprises n’ont pas encaissé une perte de 4,9 milliards. Qui a payé pour ces milliards ? Vous. 

Etape 1 : Panzani / Nespresso / whatever vous fait un petit lavage de tête

Etape 2 : Panzani / Nespresso / intègre le coût de ce lavage dans son prix

Etape 3 : vous payez pour votre lavage en achetant leur produit

 

Et ne nous dites pas que la pub ne marche pas sur vous. En 2020, on cible votre âge, votre genre, votre navigateur, la taille de votre écran, vos goûts, vos intérêts, votre histoire de navigation… et on choisit les produits qu’on fait apparaître pour vous (cette paire de chaussure que vous aimez sur Zalando), où on la fait apparaître (dans votre messenger), à quelle récurrence (3 fois par semaine, à 17h, parce que c’est à ce moment-là que vous consultez le plus souvent votre téléphone), et le nombre de fois (7 fois, c’est le nombre moyen de fois qu’on doit voir une marque pour qu’elle nous devienne familière, disent les études).  

En clair : si on veut vous vendre quelque chose, on vous vendra quelque chose. 

 

Résumé : un journal ou un site qui se dit gratuit est aussi gratuit que nous on est nonces apostoliques. Ce n’est pas gratuit. C’est juste qu’on touche une commission sur votre lavage de cerveau. 

Notre conseil de grands frères : lâchez cette frénésie de la gratuité. Et si vous pensez toujours qu'un site comme 20 minutes est gratuit, allez faire un tour sur notre site dédié à l’esprit critique

 

En conclusion

Long story short : le modèle “gratuit” financé par la pub ne nous convient pas. On a donc choisi le modèle de financement à l’ancienne. On vend nos propres cours en lignes, élevés au grain, en extérieur, et sans antibiotiques. 

 

Et comme on est cohérents avec nous-mêmes, on ne fait pas de pub. Ever. On compte donc sur vous pour chanter nos louanges ! :)

 

Combien on gagne ? 

Moi Alexis, j’ai divisé mon salaire par 4 en montant le repaire, et j’en suis trèès heureux. Que ceux qui expliquent que les prépas-privées-boîtes-à-fric-scrogneugneu aillent se faire cuire un oeuf chez les grecs. 

 

ps : pour le plaisir, le génial  Alan Watts, à propos de l’argent, justement, de technologie, et de revenu universel (Youtube, 8 minutes). 



Inscris-toi pour accéder à ce contenu !

OK!

Il faut s’inscrire au cours en ligne pour pouvoir s’inscrire au coaching.
Tu vois la base de ton côté, à ton rythme, tu commences à travailler, et on consacre notre temps ensemble à approfondir et à évoquer les problématiques qui te sont spécifiques. Gain de temps pour nous, gain d’argent pour toi.

Oll Korrect

La mise en commun des fichages, que ce soit pour les enjeux fichés ou les livres fichés, est réservée aux coachés du repaire ! Inscris-toi au cours en ligne de l'école & la procédure qui te convient pour y participer !

Oll Korrect