Menu

Comment votent les étudiants des grandes écoles ?

17/01/2022

Comment votent les étudiants des grandes écoles ?

 

On nous pose souvent la question de savoir si Sciences Po n’est pas un repaire de maoïstes, ou si les écoles de commerce ne sont pas un banc de requins libéraux. Alors, même si, à force de discuter avec vous (et de vous cuisiner en oral blanc), on a notre petite idée, on s’est dit qu’il n’était pas inintéressant de se poser la question sérieusement. Quelle est la couleur politique des étudiants en grandes écoles ? 

 

On a cherché, et on a trouvé ce qui suit. 

  • Sciences Po : beaucoup plus à gauche que la moyenne française. Un centre-droit très présent également. Disons, pour mettre d’accord tout le monde, que la gauche des valeurs (et non-économique) domine complètement à Sciences Po. En matière économique, c’est très partagé.

  • Les écoles de commerce : en matière économique, c’est la droite qui rafle tout. En matière de valeurs, c’est partagé.

  • Les écoles d’ingé : avec circonspection puisqu’on n’a que les résultats de 2012, mais ça ressemble beaucoup aux écoles de commerce. 

 

Avant de se pencher sur la question, évoquons deux problèmes, l'un méthodologique, l'autre philosophique. D’abord, sur quoi / quelles données se baser ? Ensuite, plus problématique, comment on découpe “gauche” et “droite” ? 

 

La présidentielle de 2017, indicateur parfait

Répondons d’abord au premier problème. Pour nous, le premier tour de la présidentielle de 2017 plus qu'aucun autre vote est indicatif de la couleur politique des un.e.s et des autres en France, tout simplement parce que le clivage idéologique entre les candidat.e.s était très marqué. Une gauche vraiment de gauche (Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon), un centre ou une droite modérée, ou disons pour mettre d’accord tout le monde, une droite économique (Emmanuel Macron), une droite des valeurs / droite tradi (François Fillon) et enfin, la mère Le Pen. 

 

En 2012, c’était beaucoup plus difficile à lire. Vous aviez un Nicolas Sarkozy pas aussi à droite que François Fillon, un François Hollande de loin pas aussi à gauche que Benoît Hamon et au milieu de tout ça, François Bayrou. Et le clivage idéologique entre ces trois candidats était au mieux très flou, au pire quasi-inexistant, chacun jugera, et ça s’est beaucoup joué sur les personnes.

 

En 2017, rien de tout ça ! Bien sûr que la présidentielle reste une affaire de personnes, surtout dans le cadre de la Ve République, mais les clivages idéologiques étaient bien plus établis lors de cette élection, ce qui nous permet d’essayer d’interpréter les tendances de “gauche” ou de “droite” des un.e.s et des autres.

 

Première chose donc, pour dire si les instituts d'études politiques, les écoles de commerce ou les écoles d'ingénieur sont de gauche ou de droite, on va se baser sur le premier tour de la présidentielle de 2017.

 

Qu’est-ce qu’on appelle “de gauche” et “de droite” ? 

Deuxième problème : que veut dire “gauche” et “droite” ? 

Certain.e.s pensent que le clivage gauche-droite est mort (maintenant ça serait les “progressistes” contre les “souverainistes”). Bien qu'on s'intéresse nous-mêmes à ce découpage, on ne croit pas une seconde qu'il vienne remplacer le clivage traditionnel gauche-droite. Même si leurs représentants traditionnels (Parti Socialiste et Les Républicains) s'effondrent, les valeurs qu'ils représentent (et leurs traduction politique en termes de programmes) sont bien d'actualité. En un mot, ce n'est pas parce que le PS n'est plus là que les idées n'y sont plus : elles sont juste incarnées par les insoumis ou les verts désormais. La seule chose qui change, c'est le nombre de gens qui votent pour les un.e.s ou pour les autres, ce qui peut donner l'impression que les clivages changent. En très clair : ce n'est pas parce que 35% de gens votent pour Le Pen ou Zemmour (à la place de 10% il y a 20 ans) et que l'offre s'en trouve changée que le clivage gauche-droite n'existe plus. 

 

Partant donc du fait que la gauche et la droite sont toujours bien là (même si elles ont changé de vêtements), reste à se mettre d’accord sur ce qu’on appelle de gauche et de droite. Et c’est là que les ennuis commencent.

 

Le découpage traditionnel dans les médias c’est : 

-Jean-Luc Mélenchon : d’extrême-gauche

-Le PS : de gauche

-Emmanuel Macron : de centre-gauche ou du centre (de gauche pour les plus à droite)

-François Fillon : de droite

-la mère Le Pen : d’extrême-droite

 

On vous invite d’abord à réfléchir un instant à cette classification. Ensuite, on vous donne notre point de vue : ce découpage ne vaut plus rien (et depuis 30 ans). 

 

Découpage (qui nous paraît plus raisonnable) : 

-Jean-Luc Mélenchon : de gauche

-Benoît Hamon : de gauche, l’énervement en moins

-le PS hors Hamon : de gauche dans quelques valeurs, quasi à droite économiquement 

-Emmanuel Macron : de gauche dans quelques valeurs, de droite économiquement

-François Fillon : de droite

-la mère Le Pen : très de droite

 

Petite justification : 

-Jean-Luc Mélenchon, de gauche et pas d’extrême gauche : il suffit de comparer son programme à celui de François Mitterrand en 1981. Ce dernier était bien bien bien plus à gauche (nationalisation intégrale du système bancaire. In-té-grale ! Imaginez Jean-Luc Mélenchon proposer de nationaliser le LCL et la BNP, pour voir). Et il ne viendrait à pas un.e journaliste sérieux.se l’idée de classer le président Mitterrand à l’extrême-gauche. Pour nous : Lutte Ouvrière d’accord, mais Mélenchon reste un type de gauche classique.

-Benoît Hamon et l’aile gauche du Parti Socialiste : même chose. 

-Le reste du PS : de gauche pour certaines valeurs (mariage pour tous), de droite pour d’autres (souvenez-vous de la politique d’immigration de Manuel Valls, ou encore de la déchéance de nationalité pour les terroristes bi-nationaux). De droite économiquement (François Hollande a mené à peu de choses près la même politique économique que Nicolas Sarkozy ou que les gouvernements de Jacques Chirac avant lui). 

-Emmanuel Macron : même chose que l’aile droite du PS (dont il est issu, même si pas encarté). On le qualifiera donc de centre-droit.

-François Fillon : de droite. Dans les valeurs et économiquement. 

-Marine Le Pen, qu’on dira très à droite. On évite le qualificatif “extrême”, d’abord parce que ce qualificatif désigne à notre sens les 1% de zozos à la droite de Le Pen (le bloc identitaire, ce genre de choses), et ensuite parce que “extrême” est un qualificatif qui met une teinture négative à notre sens pas très honnête intellectuellement. On n’est pas certain.e.s, au repaire, que les responsables politiques “centristes” soient moins fanatiques que ce qu’on appelle “les extrêmes”. Ils sont juste plus polis, sont fanatiques des coupes dans le budget, mais ce sont des pachydermes d’idéologie aussi encrassés que les autres. En clair : Marine Le Pen dit assez de bêtises pour qu'on ait besoin de la démonétiser avec le mot “extrême”. (nos excuses pour cet écart avec notre tentative d’objectivité).

 

Voilà donc notre biais politique à nous, et le découpage gauche-droite qui en découle. Et comme toujours au repaire, remettez en cause ce que vous lisez, et réflexionnez par vous-mêmes ! 

 

Un mot sur notre méthodo

Les chiffres qui vont suivre ne sont pas à prendre comme des résultats exacts, mais comme des ordres de grandeur. D’abord parce qu’en matière de sondages, méfiez-vous toujours un peu, ensuite parce que pour arriver à nos chiffres, on s’est fondé sur une variété de sondages et enquêtes, qu’on a tenté de synthétiser pour les rendre lisibles. Attention donc. 

 

Les sources qu’on a synthétisées :

Résultats du 1er tour de la présidentielle de 2017 (ministère de l’intérieur)

1er tour de la présidentielle : sociologie de l’électorat (Enquête Ipsos)

Présidentielle 2017 : premier tour - Décrypter le vote des français (Enquête BVA)

Présidentielle : le vote du premier tour passé au crible (Enquête OpinionWay citée par les Echos)

La présidentielle à Sciences Po - Le grand sondage (Enquête de La Péniche)

Résultats des élections présidentielles dans les écoles de commerce (Enquête de la Fédération des Tribunes Etudiantes, citée par business-cool.com)

Filière par filière, le vote des étudiants à la présidentielle (Enquête de l’Etudiant.fr) + la méthodo d’enquête ici

 

Résultats du 1er tour au niveau national

Rappelons d’abord les résultats au niveau national : 

 

 

En clair : 4 candidats dans un mouchoir de poche, entre 20 et 24%. 

 

Regardons ensuite le vote des jeunes dans leur ensemble :

 

La gauche l’emporte haut la main, le centre-droit perd, la droite s’effondre, la mère Le Pen se maintient.

 

Maintenant, le vote des 18-24 ans qui sont étudiant.e.s : 

La gauche toujours bien en tête, même si moins que pour tous les jeunes, le centre-droit grimpe franchement, la droite et la mère Le Pen perdent, mais se maintiennent à peu près.

 

Conclusion (avec des pincettes)

  • les jeunes, et en particulier les étudiant.e.s, votent beaucoup plus à gauche que le reste de la population française

  • Emmanuel Macron est beaucoup plus aimé par les étudiant.e.s que par les non-étudiant.e.s

 

Regardons maintenant les résultats dans les grandes écoles

 

Les résultats du 1er tour dans les grandes écoles 

 

Sciences Po (Paris)

La gauche encore plus présente que chez les autres étudiant.e.s, avec une particularité : Benoît Hamon est beaucoup plus aimé. Mais les deux candidats de gauche font 45% à eux seuls. Le centre-droit est à 38%, bien plus, là aussi, que la moyenne nationale. La droite s’effondre, et la très droite, inexistante.

 

Ecoles de commerce

Précisons que cette enquête a été réalisée dans les 7 écoles de commerce du haut du classement (HEC, ESSEC, ESCP, EDHEC, EMLYON, AUDENCIA et GEM), on généralise donc à “les écoles de commerce” par facilité, mais gardez ce fait en tête.



La gauche s’effondre, bien en dessous du niveau national. Le centre-droit explose le compteur, la droite fait mieux aussi, la très droite inexistante.



Les écoles d’ingénieur

On a cherché, cherché, et on n’a pas trouvé de chiffres pour la présidentielle de 2017 pour les écoles d’ingé. On a donc dû se rabattre sur les résultats de 2012, plus difficiles à interpréter. Mais en comparant longuement avec les résultats d’autres écoles et d’autres groupes de population, on arrive à la conclusion que la masse Macron-Fillon de 2017 équivaut à peu de choses près à la masse Hollande-Bayrou-Sarkozy en 2012.

La gauche inexistante ou quasi, le centre et la droite l’emporte par KO. 

 

Conclusions (avec des pincettes)

  • Sciences Po : beaucoup plus à gauche que la moyenne française (plus que les jeunes ou les étudiant.e.s). . Un centre-droit très présent également. Disons, pour mettre d’accord tout le monde, que la gauche des valeurs (et non-économique) domine complètement à Sciences Po. En matière économique, c’est très partagé.

  • Les écoles de commerce : en matière économique, c’est la droite qui rafle tout. En matière de valeurs, c’est partagé.

  • Les écoles d’ingé : avec circonspection puisqu’on n’a que 2012, mais ça ressemble beaucoup aux écoles de commerce. 



En résumé : Sciences Po Po n’est pas du tout un repaire de maoïstes, mais est bien ancré à gauche / dans l’écologie (et on y survit très bien en tant que macroniste ou filloniste). Les écoles de commerce et les écoles d'ingé sont une antre de futurs cadres de droite (mais on y survit à peu près si on est à gauche).

Maintenant, tout ce petit monde a souvent autre chose à faire que de se prendre le nez sur de la politique, et si vous aimez vous faire des ami.e.s, faire des choses ensemble et rigoler, vous serez bien partout !

 

Inscris-toi pour accéder à ce contenu !

OK!

Il faut s’inscrire au cours en ligne pour pouvoir s’inscrire au coaching.
Tu vois la base de ton côté, à ton rythme, tu commences à travailler, et on consacre notre temps ensemble à approfondir et à évoquer les problématiques qui te sont spécifiques. Gain de temps pour nous, gain d’argent pour toi.

Oll Korrect

La mise en commun des fichages, que ce soit pour les enjeux fichés ou les livres fichés, est réservée aux coachés du repaire ! Inscris-toi au cours en ligne de l'école & la procédure qui te convient pour y participer !

Oll Korrect